10 octobre 2014

Dominique Enright a réuni certains passages des œuvres et de la correspondance de Jane Austen, bien connue pour son sens de l’observation humaine et son esprit caustique.

Lettre à Lord Fitzgerald :

« Je crains que vous n’ayez trouvé votre lit trop petit. Il fut acheté du temps de ma grand-mère, qui était elle-même très petite et par principe faisait ajuster tous ses lits à sa taille, puisqu’elle ne souhaitait jamais avoir d’invités à demeure »

Jane Austen, (textes réunis par Dominique Enright et traduits de l’anglais par Virginie Buhl), Les sautes d’humour de Jane Austin, Paris, Payot-Rivages, 2014, p. 27.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s