13 octobre 2014

« −Vous allez attraper une pneumonie.

   Flore se retourna. La crinière platinée du Palomino que montait le policier qui venait de parler luisait et faisait pâlir les feuilles sur le sol. Flore se redressa et secoua sa tignasse.

-Grâce à Miss Clairol? demanda-t-elle.

-Y’est de bonne heure pour une belle fille comme vous, dit le policier, démontrant par là qu’il possédait de bonnes informations concernant les horaires que doivent observer les belles filles comme Flore. »

Suzanne Jacob, Flore Cocon, Montréal, Typo, 1991 [1978] p.15.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s