08 juillet 2015

Natalie Jean signe des nouvelles dont certaines sont ironiques, féministes… et optimistes. Cela vaut le détour.

«  Les vendredis, on a droit au relaxed casual, ce qui veut dire des jeans (mais pas les troués). En ce jour désinvolte, Mégane, quasi phosphorescente, parfumée au Yes you can, promène sa nouvelle tête de caniche royal entre les cubicules. Il faut comprendre : elle cherche désespérément à briser son célibat, cette malédiction qui s’est abattue sur elle il y a déjà, quoi… presque trois mois? D’ailleurs, j’aperçois Marco, le nouvel hétérophile du bureau, qui s’en vient avec une nonchalance étudiée, il a repéré les ondes courtes qui émanent de Mégane : « Hé, Meg, c’est beau, tes cheveux. » Elle, qui a compris depuis longtemps ce goût qu’ont les hommes de faire rire les femmes, éclate de son rire haut perché. Je ris, tu ris, elle frise, nous rions, vous frimez, elles friment ».

Natalie JEAN, « Satisfaction », Le vent dans le dos, Leméac, 2014,
p. 103.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s