10 octobre 2015

Pourquoi retrouve-t-on tant de propos se moquant des prétentions intellectuelles des femmes dans la littérature française des trois siècles passés?

Ces images doivent être replacées dans leur contexte de parution : celui de la progression des femmes sur le chemin du savoir. Les deux grandes périodes où l’on a le plus ri des femmes et de leurs prétentions littéraires correspondent aux deux grandes vagues d’alphabétisation des femmes en France.

Sandrine Aragon, « Une femme qui lit est-elle par définition comique ? », Résonances, « Les femmes et le rire », numéro 6, novembre 2000,
p. 30.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s