12 juillet 2016

Virginie Fortin : « Je n’ai pas de souvenir précis de pire ou de meilleur show. On en vit des difficiles, on en vit des merveilleux et ça fait partie du métier. […] Mon moment le plus traumatisant reste sans doute mon exposé oral d’anglais en 5e année, que j’ai fait avec la « fly ouverte » tout le long. »

Annie Deschamps et Anne-Marie Dupras, Une fois c’t’une fille… Confidences des femmes
drôles du Québec
, Montréal, Les éditions de l’homme, 2015,
p. 142.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s