17 août 2016

« La malédiction de l’imprimante a encore frappé…

Ce matin, bourrage de papier, j’essaie de le retirer avec les doigts, puis avec une pince à épiler puis je percute qu’il y a un clapet derrière, je retire le papier. Enfin, je l’arrache vu que j’étais un peu très énervée et là, dans l’élan, je retire un espèce de rouleau plastique transparent qui apparement était important puisque sans lui l’imprimante n’a jamais voulu refonctionner. Evidemment, j’avais 80 pages à imprimer et évidemment, c’était urgent.
Je décide d’aller chez Darty acheter une nouvelle imprimante avec qui je partirai sur des nouvelles bases comme quand on change de mec en espérant que le nouveau sera mieux que l’ancien.
Je déballe la nouvelle imprimante avec fébrilité, j’arrache les scotchs, je met les cartouches et là, je vois un petit morceau de ruban blanc en papier, je me dis, avec la perspicacité qui me caractérise:  » oh ça, ça fait sûrement partie de l’emballage, je vais l’enlever ». Je coupe ce bout de ruban blanc avec un ciseau et là, l’imprimante se met à clignoter et affiche le message suivant « oxghta??q!!!xcv ». Je ne parle pas l’imprimante couramment mais j’ai compris que c’était sa manière à elle de m’annoncer qu’entre nous deux, ça ne fonctionnerait jamais.
Je suis retournée chez Darty faire examiner l’imprimante. Le vendeur m’a regardé d’un air affligé « vous avez coupé la connectique, elle ne marchera plus ».
J’ai essayé de faire jouer la garantie mais vu que c’était moi qui étais à l’origine de la panne, ils n’ont pas voulu.. J’ai donc racheté une 2ème imprimante, le même modèle, parceque je commençais à m’habituer et puis aussi parceque c’était en solde. (69 euros).
Cette fois, j’ai déballé l’imprimante avec beaucoup de douceur, je lui ai murmuré des mots doux pour la rassurer « tu verras, tu seras bien ici « , je ne voulais pas qu’elle se braque en apprenant que j’avais assassiné deux imprimantes dans la journée.
Il était 18 heures quand j’ai enfin réussi à imprimer mes 80 pages.
Un imprimante qui fonctionne sans faire d’histoire … et si c’était ça le bonheur ? »

-Texte tiré de la page Facebook d’Anne Roumanoff (ici).

Lien vers la page Facebook d’Anne Roumanoff.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s