17 décembre 2014

La CLEF aimerait porter à l’attention de ses fans en délire (on peut rêver !) L’Encyclofolly. Encyclopédie incongrue de Jeanne Folly ( Paris, Mots et Cie, 2004). L’ouvrage propose des textes classés, comme il se doit, par ordre alphabétique. Les textes sont d’une longueur de 2 pages en moyenne. En voici un plus court, sous la lettre V.

Le Ver

Le ver est un animal particulièrement démuni : pas de pattes, pas de poils, d’où l’expression « nu comme un ver ». Il est extrêmement difficile de distinguer la tête de la queue. Il est également exclu des plaisirs de la chair : il n’a pas de sexe, et se reproduit par des œufs, pour les plus chanceux, et par scissiparité pour les autres : on le coupe en deux, pour obtenir deux animaux identiques : une sorte de clonage.

Le bébé, appelé vermisseau, comme il n’est pas arrivé à maturité, n’est que la moitié d’un sot…

Lorsqu’il possède un pied, il s’agit d’un récipient servant à se désaltérer, à se donner de l’entrain. Lorsqu’il a douze pieds, le ver est d’une grand utilité au poète en manque d’inspiration : la licence poétique. « Le ver amoureux d’une étoile » est un cliché, quoique inventé par le grand Victor Hugo.

Au-delà de douze pieds, il s’agit d’un mille-pattes.

Le ver solitaire est un ver célibataire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s